Site principal

Le magazine de toutes les informations utiles et pratiques à connaître

Le Palais Galliera célèbre Azzedine Alaïa en lui consacrant son exposition d’ouverture

Cette première rétrospective parisienne est présentée jusqu’au 26 janvier 2014, dans les galeries rénovées du palais, ainsi que dans la salle Matisse du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris. Une sélection de soixante-dix modèles iconiques retrace le parcours unique de ce créateur de mode.

L’association du Palais Galliera et du Musée d’Art moderne trouve ici sa meilleure expression. En créant un dialogue entre les arts plastiques et les arts appliqués, elle témoigne de l’exigence de créateurs avant-gardistes et de pratiques au delà des champs artistiques.

 

Au Palais Galliera, qui fut le lieu même de la première exposition Warhol à Paris, les robes d’exception d’Alaïa sont exposées dans une scénographie confiée au designer Martin Szekely

Dans la Salle Matisse du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, elles poursuivent ce dialogue avec l’art si cher au couturier.

Alaïa a modelé un corps nouveau tel un sculpteur dont les mains façonnent la mousseline ou le cuir. Il est l’un des rares à maîtriser toutes les étapes de la réalisation d’un vêtement : tracer un patron, dessiner à même la toile les formes et les volumes qu’il a en tête, couper, coudre et dompter les tissus.

Son influence sur la mode contemporaine est fondamentale. Azzedine Alaïa, infatigable travailleur, artisan sublime de lui-même, poursuit son chemin en préférant «les vêtements qui durent » à ceux qui s’éteignent avec les saisons.

En inventant de nouvelles morphologies par le simple jeu de coutures complexes, Alaïa est devenu le couturier d’une œuvre qui traverse le temps

En 1985, il reçoit deux Oscars de la Mode à Paris. La même année, il défile au Palladium de New York avec Jean-Paul Goude à la direction artistique, enfin, il est célébré au CAPC de Bordeaux avec les sculptures de Dan Flavin.

En 1996, à Florence, une monographie lui est consacrée au Palazzo Corsini, suivie d’une exposition avec les peintures de Julian Schnabel à la Biennale de la Mode. En 1998, une rétrospective lui est dédiée au Groninger Museum, où ses modèles côtoient les œuvres de Pablo Picasso, Jean-Michel Basquiat, Anselm Kiefer, Christophe von Weyhe.

En 2000, au Guggenheim Soho, il est exposé avec les toiles d’Andy Warhol.

Salle Matisse au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris

À l’occasion de l’exposition de réouverture du Palais Galliera consacrée à Azzedine Alaïa, le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris accueille un choix de modèles d’exception conçus par le couturier.

Robes d’un soir, d’une égérie, ces pièces rares seront présentées dans une salle emblématique du musée, au cœur des collections permanentes : la salle Henri Matisse. Les robes d’Alaïa prennent place aux côtés de deux compositions du peintre (La Danse ou Lutte des Nymphes, 1931 et La Danse inachevée, 1931-33) et des Murs de peintures, 1995 de Daniel Buren.

Le travail de la forme, du volume et de la matière répète la gestuelle du peintre ou du sculpteur qui module, ajuste, cherche, dans un véritable élan de création, décloisonnant ainsi les liens entre la mode et l’art. La juxtaposition de leurs pratiques artistiques met en avant leurs affinités créatives

Renseignements pratiques

Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris
10 avenue Pierre Ier de Serbie, 75116 Paris
Tél. 01 56 52 86 00
www.palaisgalliera.paris.fr

L’exposition se prolonge au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris dans la Salle Matisse
11 avenue du Président Wilson, 75116 Paris
Tél. 01 53 67 40 00
www.mam.paris.fr