Site principal

Le magazine de toutes les informations utiles et pratiques à connaître

Nouveau Centre d'art au Château Chasse-Spleen

Domaine_Copyright ©Jean-Marc PalisseLe Château Chasse-Spleen est un domaine viticole prestigieux du vignoble de Bordeaux, classé en 1932 Grand Cru Exceptionnel dans l’appellation la plus petite du Médoc, Moulis-enMédoc.

L’origine du domaine remonte au début du XVIIIe siècle lorsque le roi autorise les grands bourgeois bordelais à posséder des terres. M. Gressier jette son dévolu sur le hameau de Grand Poujeaux et s’engage dans l’exploitation viticole.

Le vignoble de Chasse-Spleen jouit d’une renommée internationale tant par son nom évocateur - qui a contribué à son succès mondial – que par la qualité de ses vins issus du terroir de graves garonnaises et dominés par le cabernet-sauvignon.

Lire la suite...

Inauguration le 16/10/2015 du musée-mémorial du camp de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales)

                                 

         

Cinquante ans après sa fermeture, Manuel Valls inaugure, ce vendredi, 16 octobre 2015, le musée-mémorial du camp de Rivesaltes, dans les Pyrénées-Orientales.

Lancé par le Département des Pyrénées-Orientales, à l'initiative de Christian Bourquin, le projet de Mémorial du Camp de Rivesaltes est aujourd'hui réalisé.

"Il s’agit du plus grand camp d’internement d’Europe de l’Ouest par sa superficie, la nature des populations internées, la durée d’internement", a expliqué lors de l’inauguration la directrice du mémorial. 

Le projet a pour ambition d'être un espace de référence de l'histoire de l'internement en France, à travers l'histoire du camp et les conséquences des conflits qui ont précipité dans ce lieu des étrangers considérés par l'Etat, comme indésirables (Espagnols, Juifs, Tsiganes, Harkis...).

Ce site est singulier par sa spécificité historique, ses dimensions, son authenticité qui permet encore de ressentir ce qu'était la réalité d'un camp.

Le Camp Joffre, dit "Camp de Rivesaltes"

C’est un site militaire fondé en 1938. Il est rapidement utilisé pour interner des réfugiés espagnols et allemands. Fin mai 1941, le camp compte 6 475 internés dont plus de la moitié sont des Espagnols et un tiers sont des Juifs étrangers.

Une partie des Juifs raflés en zone sud en août 1942 est internée sur place avant d’être transférée à Drancy puis déportée à Auschwitz-Birkenau.

Entre 1941 et 1942, le camp compte 21 000 détenus.

À la Libération, le site de Rivesaltes est utilisé pour la détention de prisonniers de guerre allemands et de collaborateurs.

En 1962, il sert également de centre de transit et de reclassement pour environ 8 000 Harkis rapatriés d’Algérie, après son accession à l’indépendance.

Renseignements pratiques

Mémorial du camp de Rivesaltes
Ancien Hôpital Militaire
32 rue Foch 66000 Perpignan
Tél. : 04 68 80 13 00
Fax. : 04.68.80.13.07
Email :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Un "Mur pour la Paix", à Paris

 En 2000, Clara Halter réinvestit le mot : "paix", par la création de monuments, en collaboration avec l’architecte Jean-Michel Wilmotte. 

Sur l’esplanade du Champ de Mars, vaste jardin public, entièrement ouvert, situé entre la tour Eiffel et l'École militaire, est érigé le Mur pour la Paix.

A Saint-Pétersbourg, la Tour de la Paix pour le tricentenaire de la ville en 2003. Et, en 2005, à l’occasion du 60e anniversaire du largage de la bombe atomique sur Hiroshima, les Portes de la Paix. 

  

 

Lire la suite...

Le Panthéon, monument parisien de style néoclassique

Edifié entre 1764 et 1790, sur la montagne Sainte-Geneviève à Paris, le Panthéon est l’œuvre majeure de l’architecte Jacques-Germain Soufflot, et constitue l’un des chantiers les plus ambitieux de son temps.

S’échelonnant sur une dizaine d’années, la campagne de restauration concerne les parties hautes, le péristyle, les intérieurs, les parements extérieurs et les sols extérieurs.

Lire la suite...

Les Palais des Beaux-Arts de Paris, un projet architectural

Le 24 avril 2013, les galeries d’exposition de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts (ENSBA) reprennent leur nom historique de "Palais des Beaux-Arts".

Le site a été pensé pour exposer les copies de peintures, faites par les pensionnaires de l’Académie de France à Rome et les élèves de l’École, d’après les plus célèbres tableaux des grands maîtres.

Lire la suite...