Site principal

Le magazine de toutes les informations utiles et pratiques à connaître

            Villageois kurdes dans le quartier arménien de Van, 1916. Photographie Aram Vrouyr, coll. Musée d’Histoire d’Arménie

Pour le 100e anniversaire de cet événement, le Mémorial de la Shoah à Paris, propose juqu'au 27 septembre 2015, exposition, colloque et films.

Le mot "génocide" est un terme employé pour la première fois par le juriste américain Raphaël Lemkin en 1943. En 1987, Henry Rousso qualifiera du terme « négationnisme » le déni de génocide, en parlant de la Shoah. Par extension, ce terme a été utilisé à propos des génocides des Arméniens et des Tutsi.

Le génocide des Arméniens de l’Empire ottoman : stigmatiser, détruire, exclure

À l’occasion du Centième anniversaire du génocide des Arméniens, le Mémorial de la Shoah, investi depuis une dizaine d’années dans la se nsibilisation du public aux génocides du XXe sièc le, dédie une exposition et une série de manifestations à ce meurtre de masse qui préfigure ceux qui se sont produits au cours de ce siècle.

Affiche de l’exposition© Jean-luc Moulène, 2011

 

Jusqu'au 7 juin 2015, après le Prologue de l’exposition "Pliure" à la Fondation Calouste Gulbenkian de Paris, Paulo Pires do Vale et les Beaux-Arts de Paris proposent un Epilogue au sein du Palais des Beaux-Arts.

 

Les œuvres contemporaines de l’exposition s’allient à une sélection d’œuvres issues de la collection de l’école, à un focus autour de l’éditeur Seth Siegelaub et à une présentation de projets de jeunes diplômés de l’école au sein de l’espace qui leur est consacré, le Belvédère

 

 

 

 

 

 

L’exposition Pliure est un essai sur le livre et "la somme infinie de ses possibles" (Blanchot)

Elle donne à voir le potentiel du livre, en relation permanente avec le geste artistique, et de quelle façon l’art se transforme à l’épreuve du livre et le livre se transforme à l’épreuve de l’art.

Dans l’exposition, le livre devient un laboratoire d’expériences esthétiques -et le canal même de ces expériences. Exposition ni rétrospective, ni historique, Pliure ne prétend pas embrasser tout un thème ou prouver une théorie mais essaie plutôt de montrer comment l’espace du livre provoque l’art.

                         

L’année 2015 marque pour Jouy-en-Josas le bicentenaire (1815 – 2015) du décès de son habitant le plus prestigieux et premier maire, Christophe-Philippe Oberkampf (1738-1815), fondateur de la manufacture des Toiles de Jouy.

De nombreux événements, en mémoire du créateur de la toile imprimée auront lieu dans la ville : conférences, concerts, pièces de théâtre, colloques, expositions, visites guidées, animations…

Fondateur en France de l’industrie des toiles imprimées, ayant influencé à la fois les styles de vêtements, de décoration et d’ameublement, Oberkampf mérite que le deuxième centenaire de sa disparition soit célébré par tous ceux qui lui doivent, parfois même sans le savoir, une part de leur activité professionnelle, artistique ou de leur vie quotidienne.

 

 

 

 

 


Oberkampf et la toile de Jouy

A la fin du XVIIe siècle, l’Europe découvrait et adoptait les belles cotonnades peintes de fleurs et d’animaux aux couleurs vives, importées de l’Inde grâce aux grandes compagnies de navigation. Mais une concurrence sévère avec les manufactures traditionnelles de soie et de draps amena Louis XIV à décréter l’interdiction d’importation et de fabrication dans tout le pays.


Jusqu'au 16 août 2015, la Gaîté lyrique et le Centre national des arts plastiques (CNAP) s’associent et invitent Lidewij Edelkoort, chasseuse de tendances, à porter un regard original sur la collection design et arts décoratifs du CNAP et à concevoir une exposition.

 

Lieu de création à l’ère numérique, la Gaîté lyrique explore son temps et le décrypte. 

 

Lieu de tous les design, elle propose de déplacer et de croiser les points de vue, comme elle l’a fait sur la mode, le graphisme, le Character design ou le Game design..

 

 

 

 

La collection design du Centre national des arts plastiques, l’une des plus importantes en Europe, traduit la diversité et les métamorphoses du monde contemporain

La démarche prospective et éclectique de Lidewij Edelkoort répond à l’esprit de ce fonds, qui traduit l’attention portée depuis trente ans à la création la plus contemporaine, qu’elle soit française ou internationale, pour constituer le patrimoine de demain.

Alors que les objets connectés et les nouveaux modes de fabrication ouvrent une dimension inédite de notre relation au monde,Oracles du design rassemble des objets dotés d’un pouvoir prophétique anticipant ou révélant nos modes de vie et notre paysage domestique.

10 thèmes, 10 histoires pour raconter ces objets-oracles

Figure marquante de l’Histoire de France, Jeanne d’Arc est intimement liée à Rouen, ville marquée par son souvenir. De la place du Vieux-Marché où eut lieu son supplice au palais archiépiscopal où un procès posthume rétablit son innocence.

Pour cette raison, la Métropole Rouen Normandie a souhaité se doter du premier équipement culturel consacré en France à ce personnage exceptionnel.

L’Historial Jeanne d’Arc, sera le plus grand lieu dédié à la mémoire de ce personnage historique d’envergure internationale . 

Il poursuit deux ambitions : retracer l’histoire de Jeanne mais aussi celle de la constitution de son mythe, des multiples interprétations artistiques aux récupérations politiques. Une scénographie immersive accompagnera le visiteur tout au long de ce parcours qui s'adresse tout autant au grand public qu'aux experts du sujet.

Un parcours de visite original répond à une double nécessité, historique et civique : retracer l’histoire de Jeanne mais aussi l’histoire complexe de cette histoire. Le parcours de visite s’articule donc en deux temps.